Coupe_Kolonel is back

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mon taff

Toutes les news concernant ma boîte.

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 12 août 2008

L'accoste

Voyant mon léger excédent bancaire sur la période comptable Juillet 2008, je décide de me faire plaisir et de m'acheter un polo Lacoste (en promo), histoire d'entretenir mon chauvinisme...

C'est en le portant au boulot qu'une collègue me fait une réflexion :

Ah, toi aussi tu supportes l'équipe des Gators ?

Je me suis trouvé bien con...

samedi 26 janvier 2008

Petit Farceur

22h. Pub St Andrews.

On était tranquillement assis, à siroter une bière, quand soudain le téléphone portable de Chad vibre. Il lit le mail qu'il vient de recevoir, et se lève d'un bond : "Les gars, faut qu'on y aille, on se fait encore chourrer le cuivre des clims". Van, le sysadmin, vient en effet de lui forwarder un mail du système de sécurité, qui venait de se désactiver.

On paie rapidos, en hâte. Le patron du pub nous lance : "Eh les gars, besoin d'une batte de baseball ?", on pense qu'on n'en aura pas besoin. James, au volant de sa Ford Taurus rouge, nous attend déjà à la sortie, portières ouvertes. Une fois Chad, Stan et moi à l'intérieur, James démarre la voiture sur les chapeaux de roue, et roule à plus de 70 mph sur la SR436. J'appelle vite fait Keith, mon boss, en lui disant qu'on est sur la route et qu'on devrait pas en avoir pour longtemps.

Au feu rouge jouxtant les bâtiments de la société, je saute du véhicule, couvrant les issues de derrière. Pas un bruit, pas un mouvement. On arrive au service informatique. Personne. Les clims sont intactes. Jermaine, un technicien système, vient de se garer, et commence à déverrouiller la porte blindée du service info.

Les disques durs de la vidéo surveillance tournent à plein régime, nous livrant les instants où l'alarme s'est désactivée. Keith et sa femme débarquent au service, et nous interroge. "On sait toujours pas, on visionne les enregistrement là". Quelques minutes passèrent.

"STOP !!!" m'écriais-je. "Y'a une ombre là ! Y'a quelqu'un là, c'est sûr !" En effet, en continuant de rembobiner un peu, une ombre passe vers les clims. 21h45. On zoome. "Un flic ? Qu'est-ce qu'il fout là ?" En réfléchissant un peu, on en déduit que l'alarme avait dû être désactivée encore un peu plus tôt, notre système appelant une société de sécurité en automatique, elle-même appelant la police : le 911. "Continuez de rembobiner", lançais-je.

"Encore ! Là !" 21h32. Une ombre, cette fois plus petite, effleure les climatiseurs de la salle serveurs. On suspend la lecture, on zoome.

"Un RATON-LAVEUR ???" s'écria tout le monde, en choeur. Un gros raton-laveur s'est introduit dans le mince interstice du grillage, et gambadant tranquillement à côté des blocs de clim Carrier. Notre système de détection thermique et de mouvements s'est déclenché à ce moment-là, envoyant un mail automatique au sysadmin. On en rigole. Trop con. C'était donc ça, la menace ?

"Bon les gars, dès que le graveur CD aura fini d'immortaliser cette bonne blague, c'est pas le tout, mais retour au QG !"

Ben ouais, c'est pas un raton-laveur qui va nous priver d'une bonne bière, non ? :)

P'tit con, va.

mercredi 18 juillet 2007

UPS je t'aime (bis)

Vous vous rappelez de ce billet ? Bien. Le responsable système s'en est occupé, souvenez-vous. Eh ben j'ai pire : j'ai l'épilogue...

Sympatoche, hein ? Merci UPS qu'on dit.

samedi 7 juillet 2007

UPS je t'aime

Une mésaventure signé UPS...

(en fait le TM veut sans doute dire TA MERE, à confirmer)

Bref. Chad, un p'tit gars de l'équipe système, avait besoin d'un coup de main pour expédier 3 serveurs blades par UPS. Au lieu d'attendre le gars d'UPS pour les envoyer, on se dit, allez, c'est sympa ultra marrant d'aller directement dans un magasin UPS et de les livrer nous-même. Allons bon, pourquoi pas.

Avec la minuscule voiture de Chad (oui on a pas tous des gros 4x4), les blades rentraient dans le coffre, nickel pile poil. Il est 11h30. On arrive, on dépose les blades, on remplit les formulaires, les adresses d'expédition, et le gars d'UPS nous fait : "ben ça va prendre une heure pour tout emballer". Ok pas de problème. On reviendra dans l'aprèm. On a tout le temps.

On revient dans l'aprèm. Il est 15h00. Le gars avait tout emballé proprement et tout. Chouette. Mais il nous fait : "Euh... je peux pas les envoyer, car le montant de l'assurance est trop élevée. Faut aller directement à l'entrepôt UPS." Supayre, et il en rajoute en balançant le prix. Chad est étonné et lance : "Mais avec notre compte c'est pas possible de ?.." La réponse est négative. Faut payer sur place. Et on a rien de quoi payer. Bon. On commence à charger les blades quand même, seulement 2 serveurs rentrent dans la voiture. On promet au gars d'UPS de revenir, avec une carte bleue et un camion.

Retour au QG. On emprunte la Ford F150 de Keith, mon boss, avec moi au volant. Il la veut pour 17h maxi. On charge les deux blades à l'arrière, sans tirer la protection. On récupère une carte bleue au passage. Arrivés chez UPS, on paye, on charge le troisième blade quand... IL PLEUT !!! Brodel à foutre, on charge quand même, on tire la protection du plateau arrière. On est trempé. BON. Direction : l'entrepôt UPS. Seul endroit où il peuvent envoyer des paquets pour ce montant d'assurance.

On arrive à l'UPS Warehouse. Torse-nu, et la casquette militaire de Keith sur le crâne, je décharge les cartons mouillés sur un transpalette pour y amener dans l'entrepôt. Là, la bonne femme nous fait : "ah ben nooon, on peut pas expédier ça, c'est trop lourd (genre 67 lbs au lieu de 60), et le carton, pour la valeur de l'assurance, n'est pas conforme aux normes"......... ON FAIT QUOI, ON LES TUE SUR PLACE OU A EMPORTER ?? Je recharge les serveurs dans la Ford. Je ravale ma mauvaise humeur. Je roule vite, excédé. Il est 18h30. Arrivé au bureau, on décharge les serveurs dans le service info, je rends la Ford à Keith en retard, je reprends mon souffle. On enverra ces putains de serveurs par DHL. Fuck UPS.

Allez, direction le bar. On l'a mérité notre bière, non ?

mercredi 20 juin 2007

Ah non. Pas planté.

Youhou ! Juste pour vous tenir au courant de cette migration.

Eh ben ça s'est bien passé. Trop bien même. La journée a été longue avec tous les comptables pour présenter la démo de la migration, ils en sont super contents. Ca fait plaisir de savoir qu'on a pas travaillé dans le vent. De plus, Keith a été immensément fier de nous tous dans l'équipe, on a su rester maîtres du projet sans partir en couille, on a bien organisé la présentation, et tout, bien qu'il soit parti en déplacement à Boston. Rien a planté, excepté une coupure réseau d'une quinzaine de minutes (hop une p'tite pause les zenfants, ça vous tente ?)

Seul hic. Mon boss m'a violemment frappé sur l'épaule :
- "Ben quoi ? C'est un succès non ?
- Ils veulent le programme en production la semaine prochaine..."

Ah oui, on avait pas prévu des utilisateurs super contents (attention le vomi). On a pu négocier quand même un mois pour la finalisation du projet, l'abandon de la maintenance de l'ancienne version, avant de démarrer en test. Quelques utilisateurs vont pouvoir travailler sur la nouvelle version, guidés par nos soins. De nouvelles fonctionnalités vont être ajoutées pour améliorer le logiciel, comme une arborescence, l'envoi de mails automatique, un calendrier OLE de la bibliothèque Microsoft (oui, Keith a codé le sien...), le glisser-déplacer (Drag 'n Drop) ou encore les tables triables, le clou du pestacle.

En clair, on a pété la BARAAAAQUE !!! *regarde son compte en banque* Ah non, on a pas été augmenté...

- page 1 de 3